L’édito du 30 Novembre: Hanouna blanchi dans l’affaire du « Canular »

30 Novembre Hanouna blanchi canular homophobe
Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram

La vérité sur un acharnement médiatique

par Live A. Jéjé

L’association Le Refuge, militant contre l’homophobie, a reconnu avoir inventé l’affaire concernant le jeune homme homosexuel qui avait été mis dehors de ses parents suite à un canular téléphonique de Touche pas à mon poste. 

Touche pas à ma radio

Nous sommes en Mai 2017. A l’occasion d’une des nombreuses déclinaisons de l’émission phare « Touche pas à mon poste » sur C8, rebaptisée ce soir-là « Touche pas à ma radio« , un canular téléphonique organisé par Cyril Hanouna dans lequel il se fait passer pour un homme bisexuel, répondant à une annonce postée sur un site de rencontres adultes.

Le prime, consacré à l’univers de la radio, a vite fait place au scandale. Sur Internet, les clichés employé par l’animateur lors de cette séquence humoristique suscitent l’indignation et plus de 45 000 signalements sont adressés au CSA, notamment via Twitter.

Le Refuge vs Cyril Hanouna

Dans les jours qui suivent, l’association Le Refuge, qui lutte contre l’homophobie et vient en aide aux personnes

30 novemrbe Hanouna Le Refuge
L’Association Le Refuge

exclues de leur domicile par leurs parents du fait de leur orientation sexuelle révélait avoir reçu l’appel du jeune homme piégé dans le canular, et affirmait que cette personne avait été jeté dehors de chez elle par ses parents suite à la diffusion de l’émission.

La polémique avait alimenté maints sites et blogs de presse, généralistes, culturelles ou peoples, obligeant l’animateur à revenir quelques jours plus tard dans l’émission sur ce passage qu’il jugeait « raté » tout en réfutant toute accusation d’homophobie.

Dès les premiers jours de l’affaire, et alors que le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), chargé de contrôler l’éthique et la légalité des programmes télévisés, engageait une procédure, des premiers soupçons quant à la véracité des affirmations du Refuge. Soupçons venus remettre en cause la sincérité de cet appel téléphonique.

Une condamnation pour C8

C8 et H²O Productions, la société de Cyril Hanouna, n’avaient pas tardé à répliquer et porter plainte contre Le Refuge et son directeur Nicolas Noguier, pour dénonciation calomnieuse. Une dégradation des rapports entre l’animateur populaire et l’association Le Refuge qui avait pourtant bénéficié d’une large médiatisation grâce à l’émission les années précédentes ainsi que de nombreux cadeaux et dons offerts lors de déclinaisons de Touche pas à mon poste en prime.

Dans le même temps, l’association qui avait donc reçu par le passé le soutien médiatique de Cyril Hanouna, avait obtenu gain de cause suite à la lourde condamnation que C8 avait reçu de la part du CSA et qui s’élevait à 3 millions d’euros d’amende (destinés au financement du cinéma français, comme toutes les amendes prononcées par le CSA).  Une contravention d’une somme encore jamais vu en France.

18 mois plus tard, la vérité éclate

C’est cette semaine, et après un an et demi de procédure, que l’association Le Refuge a reconnu que cet appel téléphonique de la présumée victime du canular n’avait bel et bien jamais existé et qu’il s’agissait là d’un mensonge de la part d’un bénévole de l’association, qui n’ayant pas goûté la plaisanterie, a affirmé à ses supérieurs avoir reçu l’appel de la victime du canular de l’émission.

Comment la justice a pu s’apercevoir que cet appel n’avait jamais existé ? Suite aux allégations du bénévole aujourd’hui démasqué, la direction du Refuge avait déposé dans la foulée un signalement auprès des services de police de Montpellier, où était censée habiter, d’après le récit du bénévole, la victime du canular, pour disparition inquiétante. En remontant les appels du bénévole, la police de Montpellier a ainsi pu constater que le bénévole n’avait pas reçu d’appel de détresse.

Si Le Refuge a d’ores-et-déjà précisé que le bénévole aujourd’hui démasqué ne travaillait plus pour l’association, C8 s’est félicitée que la vérité ait été faite sur cette affaire et espère que le CSA va revenir sur le « préjudice » subi par la chaîne suite à sa condamnation.

Une affaire qui en dit long

C’est en tout cas une affaire qui en dit long non seulement sur la liberté d’expression, et plus particulièrement ici de rire de tout (devant la multiplication des accaparements d’associations militantes devant des séquences humoristiques, peu importe leur niveau de réussite) , mais aussi sur l’éthique des journalistes et des organismes de contrôle tels que le CSA et sur leurs façons d’enquêter. S’il ne fait aucun doute du côté de la presse qu’une cabale déjà initiée plusieurs années avant l’affaire du canular visait systématiquement Cyril Hanouna et Touche pas à mon poste, il apparaît important de se pencher sur la question du mode de fonctionnement du CSA.

Depuis plusieurs années, cet organisme permet aux téléspectateurs d’effectuer des signalements à répétition sur chaque programme qui passe sur nos petits écrans. Très vite, ce système a vu ses excès se profiler et Twitter est devenu la foire d’empoigne à une délation institutionnalisée.

Qui plus est, ne peut-on pas se demander, au regard de cette affaire, si une révision des conditions de travail et des critères de condamnation du CSA ne semblent pas aujourd’hui nécessaires, lorsque toute la journée des programmes proposant un contenu à l’influence ravageuse pour nombre de téléspectateurs parmi les plus jeunes (à l’image de la prolifération des formats de télé-réalité et de la vulgarité omniprésente qui les caractérise) sans qu’aucune sanction, ou très peu, ne leur soit imposée, et lorsque l’on constate que ce Conseil peut se permettre de condamner une chaîne de télévision à une amende aussi onéreuse sans qu’un travail d’enquête judiciaire n’ait été effectué en amont.

Live A. Jéjé

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram