L’édito du 26/10: « Inch’Allah », étude sur l’Islamisation, un livre pour rien ?

26 Octobre Inch'Allah cover islamisation
Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram

Une Islamisation de certains quartiers logique ?

par Live A. Jéjé

Gérard Davet & Fabrice Lhomme publient cette semaine Inch’Allah, une étude journalistique, menée avec de jeunes étudiants en journalisme, sur la place de la religion musulmane et l’islamisation en Seine Saint-Denis.

Une étude spotlight

Les deux journalistes du Monde avait fait un best-seller avec le racoleur Un président ne devrait pas dire ça, recueil

26 Octobre Inch'Allah auteurs islamisation
Les deux auteurs du livre

de confidences faites par François Hollande au cours de son mandat de président, qui avait fini de clouer l’ancien chef de l’Etat sur sa croix et entraver sa course à la présidentielle de 2017.

Ils reviennent cette fois avec le déjà très controversé Inch’Allah, une enquête de type « spotlight » mené en collaboration avec cinq jeunes étudiants en journalisme triés sur le volet, au terme d’un casting. Le livre s’intéresse à la présence de l’Islam dans la société au sein du département le plus pauvre de France, ainsi que l’un des plus criminels, la Seine Saint-Denis (93), tristement réputée pour ses cités HLM et les nombreux drames qui y interviennent.

Le postulat du récit tente de répondre à la question si usitée au sein des cercles politiques et médiatiques : le 93 est-il, de par la forte concentration de personnes, immigrées ou descendants d’immigrés, de confession musulmane, en proie à un phénomène d’Islamisation ?

Qu’entend-on par « Islamisation » ?

L’islamisation…Ces dernières années, le terme est employé à toutes les sauces pour exprimer, sinon une peur, une relative incompréhension devant l’influence que semble prendre les préceptes religieux propres à la religion musulmane dans un état attaché plus qu’à toute autre valeur à sa loi de laïcité de 1905.

Toutefois, ce que recouvre le terme d’ « islamisation » semble différer d’une pensée à l’autre. Ici, les deux journalistes, pilotant leur équipe de jeunes investigateurs, ont tenté, en enquêtant ; sur un terrain qui apparaissait le plus propice à subir ce phénomène, la Seine Saint-Denis, où ont été concentrés durant des décennies les différentes vagues d’immigration successives, créant aujourd’hui dans certains quartiers un problème de ghettoïsation et de communautarisme ; et en récoltant de nombreux témoignages de définir quelles formes prennent cette « islamisation » de la société.

Parmi ces formes, l’on peut retenir une domination permanente de l’homme sur la femme, l’exigence pour cette dernière de préserver sa « pureté » (par le biais d’attitudes ou le port d’oripeaux qui parfois ne sont même pas initialement préconisées par le Coran, à l’image de la burqa), un rejet global de l’histoire et des philosophies Occidentales (qui se traduit mieux que nulle part ailleurs au sein des établissements scolaires, qui demeurent parmi les lieux les plus révélateurs de ce phénomène), qui pourrait être entendu si ceux qui l’ont épousé n’avait pas adopté logiquement un refus du dialogue ou du compromis.

Comprendre le phénomène d’Islamisation

Il apparaît clairement que ce phénomène se développe. Elle puise ses origines au sein d’une génération majoritairement jeune de la population.

Une histoire contemporaine du monde musulman

A l’époque où leurs parents, ou leurs grands-parents émigraient en France, le monde arabo-musulman, particulièrement instable, remettait en cause l’influence cléricale régissant ses sociétés. Il militait pour, à l’image des combats féministes des années 1970 et 1980 se libérer des modèles patriarcaux et inégalitaires inhérents aux principales religions monothéistes. C’est ainsi que nombre de pays, à l’image de la Tunisie ou de la Lybie avaient fini par adopter des politiques proches du modèle laïque français. Mais la corruption, les dérives dictatoriales et les inégalités persistantes, au sein de ces sociétés remirent en cause le bienfondé de leurs fonctionnements.

De l’Islam à l’Islamisme

Les années 1980 virent la formation des premiers cercles contemporains de fondamentalistes musulmans (une longue histoire du fondamentalisme pourrait être développée, mais n’aurait ici que peu d’intérêt), alors utilisés à des fins stratégiques par les Etats-Unis et la Russie dans le contexte des dernières années de la Guerre Froide. Ce sont ces groupes pionniers qui amèneront tout au long des années 1990 l’avènement d’organisations terroristes islamistes et radicales. A l’image d’Al-Qaïda, sous l’égide de celui qui deviendrait suite aux attentats du 11 Septembre 2001, l’homme le plus recherché du monde, Oussama Ben Laden.

La guerre au fondamentalisme  

Les conséquences néfastes, parfois indésirables, parfois relevant d’une véritable malhonnêteté (à l’image des

26 Octobre Inch'Allah guerre en Irak Islamisation
L’Irak bombardée par les USA en 2003

justifications américaines de la guerre en Irak, reconnues depuis infondées et motivées par des considérations stratégiques), du combat mené contre le fondamentalisme musulman par l’Occident ont poussé de nombreux musulmans au sein de ces sociétés démocratiques à se sentir marginalisés. Par un amalgame souvent usité entre l’Islam, religion, et l’Islamisme, idéologie politique conséquente de cette religion, ayant créé chez nombre d’individus une peur de l’Islam ou des musulmans, appelée « islamophobie ».

Alors que l’Occident, les Etats-Unis en tête de gondole, et le terrorisme islamique (Daesh ayant succédé à Al-Qaïda en tant que principale organisation terroriste) se livrent depuis dix ans une guerre sans merci, ayant fait à ce jour des centaines de milliers de morts, que ce soit par les bombes en Orient ou les attentats ayant frappé l’Occident de l’intérieur, un sentiment d’injustice est né en France chez nombre de musulmans.

Un repli sur des préceptes religieux ?

Un sentiment d’injustice. Lié à une précarité de leurs conditions de vie (travail, éducation, égalité des chances) au sein des quartiers populaires où une part prépondérante y sont concentrés. A la remise en cause du bienfondé des guerres orientales. A une Islamophobie croissante. A un modèle laïc au sein duquel ils ne se reconnaissent plus de par toutes ces autres raisons, qui a creusé un fossé ne semblant pas vouloir trouver de fond entre la société dans son ensemble et ce qui se dresse dans certains territoires comme de micro-sociétés où les préceptes religieux l’emportent sur la loi Républicaine.

Si parmi ces micro-sociétés, l’on peut remarquer et s’inquiéter de la jeunesse de ceux qui les composent, il est tout aussi inquiétant de voir que ce repli sur les principes de la religion semble également toucher une certaine part des parents de ces premiers, eux qui s’étaient intégrés de la meilleure façon qu’ils le pouvaient à leur arrivée en France.

Inch’Allah a-t-il un réel intérêt ?

Le livre se démarque de par une rédaction de qualité et une facilité à le parcourir de bout en bout, ce qui est assez rare pour ce type d’éditions. L’on l’on ne peut que saluer le travail méticuleux réalisé par les étudiants en journalisme ayant participé à sa conception. Mais il n’éclaire en rien la société française sur le phénomène auquel il s’intéresse.

En effet, la grande majorité des thèmes abordés, et des faits et témoignages relayés ont déjà fait l’objet d’un traitement médiatique si récurrent qu’il est devenu lassant, du fait du peu de réponses que les gouvernements successifs (et aux idées contradictoires en la matière) y ont apporté.

L’on peut toutefois rétorquer à tous ceux qui accusent Gérard Davet & Fabrice Lhomme de faire le jeu de l’extrême-droite, qu’ils ont, pour des journalistes n’ayant jamais été soupçonnés de la moindre tendance extrémiste ou réactionnaire, le courage de s’emparer du sujet, et la réponse qu’ils formulent, à savoir qu’il convient justement de ne pas laisser aux partis les plus excentrés sur l’échiquier politique le monopole du traitement de ces phénomènes qui ont trop souvent été ignorés par la majorité de la classe politique.

Live A. Jéjé

 

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram