L’édito du 5 Septembre 2018: De Rugy servira-t-il à quelque chose ?

édito 5 Septembre De Rugy
Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram

François De Rugy, président de l’Assemblée Nationale depuis Mai 2017, succède à Nicolas Hulot à la tête du ministère de l’environnement .

Cohn-Bendit à la trappe

C’est sans véritable surprise que François de Rugy a pris la suite de Nicolas Hulot au bien ingrat poste de Ministre de l’Ecologie. Le nom de Cohn-Bendit avait glissé sur la table, mais qui pouvait bien croire que le président Macron aurait véritablement pris le risque d’opter pour un choix si symbolique, ce dernier se mouvant si bien dans les oripeaux verticalement puissants de la Ve République.

L’opportuniste De Rugy ?

De Rugy quittera donc la présidence de l’Assemblée Nationale, après avoir un an durant imposé l’une des plus rigoureuses disciplines jamais connues dans l’hémicycle. Pour quoi faire ? Mélénchon, sur BFMTV, y répond sans qu’on lui ait posé la question :

Le libéralisme et l’écologie sont incompatibles.

De Rugy croit-il lui-même pouvoir apporter quelque chose à la cause écologique, qu’il prétend défendre depuis si longtemps ?

A-t-il la même conviction qu’au début de l’année 2017, lorsque refoulé de la primaire de la gauche, il avait finalement rejoint, sans se soucier de rompre le serment qu’il avait, à l’instar de ses concurrents, formulé, à savoir soutenir sans réserve le candidat victorieux, un Benoit Hamon que personne n’attendait ? Ou n’est-il finalement qu’un de ces édiles de ce que l’électorat français voit comme un « opportunisme de la politique », et a si souvent vomi, sans chercher à s’alimenter d’une autre façon, qu’il renia les quinquennats de Sarkozy, marqués par les dérapages en tout genre d’une droite qui ne prenait même plus la peine de cacher son arrogance, et les revirements incessants d’un chef de l’état entre le centre et l’extrême droite, selon là où soufflait le vent, et d’Hollande, qui promettait une lutte sans faille à son ennemi tacite, la « finance », mais qui plia l’échine devant son pouvoir ?

A quoi s’attendre ?

De Rugy aura comme Hulot devant lui la surpuissance des réglementations européennes, la légitimité des traités, des accords de libre-échange (dont le dernier signé avec le Japon dans l’indifférence estivale la plus totale, les médias ayant été trop occupés à célébrer la victoire des Bleus en Russie puis l’affaire Benalla, s’assoit réellement, après la vérification nécessaire face aux dires parfois outranciers du président du Front de Gauche, sur l’accord de Paris et les considérations écologiques que le gouvernement Macron assurait prendre à cœur), des lobbys et de la stratégie politique propre aux méthodes de production de chaque état européen. Il y a fort à parier que De Rugy n’arrivera guère à imposer ses valeurs vertes, si ces dernières l’habitent encore.

Live A. Jéjé

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram