La Playlist du Supplément : Miraa May

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram

Pour inaugurer cette nouvelle rubrique du Supplément Enragé consacrée à Miraa May, nous souhaitons la bienvenue à notre nouvelle journaliste, Rhizlane Bouhssini.

par Rhizlane Bouhssini

Étoile montante de la scène britannique grâce à sa voix pop, RnB ou encore Soul, Miraa May se caractérise par un style sans frontières pétri par la ville cosmopolite de Londres. En effet, née en Algérie mais ayant grandi dans les quartiers nord de la capitale britannique, la jeune chanteuse de 25 ans a vu sa jeunesse rythmée par la Grime, le Dancehall ou encore le Garage uk sans oublier le Raï  et d’autres sonorités africaines de par la culture algérienne.

Les influences de Miraa May

la playlist du supplément miraa maa care package
Pochette de l’EP « Care Package » 2018 (Source : Deezer)

L’artiste a aussi reconnu dans une interview pour NME avoir eu comme exemple dans la musique nulle autre que Ludovico Einaudi, pianiste réputé pour ses mélodies ou encore Amy Winehouse, icône de la scène musicale londonienne. Cette artiste inspira beaucoup Miraa notamment sur ses paroles parfois crues et proches de réalités difficiles, ce qui se perçoit dans les sujets qu’elle aborde, comme sur le morceau « Regardless » dans lequel Miraa évoque l’acceptation de soi, ou encore sur « Make Room » où elle évoque le sujet du consentement. Pour s’affranchir des codes imposés aux femmes dans la musique, l’artiste londonienne s’inspire de la nonchalance de Freddy Mercury à l’égard du jugement des autres dont elle avoue d’ailleurs – lors d’une interview pour The Guardian – avoir été victime notamment sur Instagram via les commentaires, de sexisme. C’est une thématique qui revient souvent dans ses textes. L’artiste regrette de devoir toujours être maquillée et apprêtée pour se produire sur scène, d’autant plus quand les hommes ne sont pas soumis aux mêmes attentes et jugements. Au-delà de ses combats, Miraa chante son quotidien et ses relations amoureuses, de gaming comme illustré dans le clip « Say Yeah » en featuring avec Haile ou encore d’Animés. Très friande de la culture nippone, la jeune femme puise dans l’univers des Animés pour ses visuels comme pour la pochette de l’EP « Care Package » de 2018.

Clip du morceau « Say Yeah » Miraa May featuring Haile (Source : Youtube)

« Mon talent est vraiment ma plume, »

Repérée en 2014 par le célèbre producteur Salaam Remi, connu pour avoir travaillé avec une de ses idoles Amy Winehouse, la jeune artiste débute une carrière qui ira jusqu’à atteindre des millions d’écoutes sur les plateformes de streaming et accumuler des milliers de vues sur Youtube. En 2019, Miraa May interprète le titre « Angles » featuring JME qui à ce jour comptabilise plus de 8 millions d’écoutes sur Spotify, ce qui en fait son morceau le plus écouté. « Angles » avait d’ailleurs intégré la BBC 1Xtra Radio, une des radios les plus populaires au Royaume-Uni. La rappeuse se construit donc un public de plus en plus nombreux et est relativement active en 2020 en sortant 6 singles aux couleurs tant différentes qu’intéressantes de part la versatilité de ses styles musicaux. 

la playlist du supplément miraa way be honest
Pochette du single « Be Honest » 2020 (source : Discogs)

En effet, un des atouts de Miraa May réside dans sa capacité à surprendre dans ses choix de prods, les sujets qu’elle traite ou encore dans ses featurings. De la Grime avec le morceau « FWM », au Dancehall avec « Make Room » en passant par le garage sur le titre « I Don’t Want Ya (Didi) » ou encore le RnB dans son dernier single « Lemme Talk ». Miraa rape et chante sur des prods de tous horizons avec aisance et maîtrise. Récemment maman, l’artiste londonienne déclarait son amour inconditionnel à son enfant sur le morceau intitulé simplement « Baby ». Sa voix est accompagnée par un instrumental léger, presque en arrière-plan, comme pour  ne laisser place qu’aux mots. 

« Mon talent est vraiment ma plume, » affirme Miraa pour the Guardian. Consciente de ses qualités de parolière, elle s’essaie au « ghostwriting ». Un succès puisqu’elle co-écrit un des tubes de 2020 « Be Honest », avec la mondialement connue Jorja Smith qui l’interprète featuring avec Burna Boy.

Ses dernières actualités

Miraa May évoque souvent son amour pour la rue et le « hustle » dans son souhait de rester authentique, de part son enfance avec une mère célibataire dans un quartier pauvre de Londres. L’artiste londonienne commence alors 2021 sur un single : « Squeeze » sorti le 17 février dans lequel elle apparaît en featuring avec Ghetts. Morceau de rap évoquant la dureté du quotidien dans les quartiers difficiles de Londres. Miraa nous offre un single dans l’attente de son premier album teasé sur Instagram où elle annonce 10 morceaux plus introspectifs évoquant sa vulnérabilité, son émergence en tant qu’artiste ou encore son nouveau rôle de mère.

Alors vous aussi ajoutez Miraa May à votre playlist
miraa may logo napstermiraa may logo apple musicmiraa may logo youtube     
Sources

 

Please follow and like us:
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
Instagram